top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurJulie Simon

Les emballages et produits « compostables » le sont-ils vraiment ?


La réglementation ayant tendance à interdire progressivement les produits et emballages en plastique à usage unique, des alternatives « compostables » ou « biodégradables » apparaissent sur le marché : vaisselle, lingettes, dosettes de thé ou de café, sacs et emballages divers, etc.

Mais ces alternatives sont-elles réellement pertinentes pour notre compost ?


Quelques définitions...


Soyons précis dans les termes utilisés.

Un matériau biodégradable est susceptible de se décomposer sous l’action de micro-organismes naturellement présents dans l’environnement, sans intervention humaine, et sans générer d’impact néfaste. La décomposition doit avoir lieu sur une durée inférieure à une vie humaine.

Un matériau compostable est susceptible de se décomposer dans des conditions de compostage maîtrisé : des taux d’humidité, d’oxygène, de température et d’activité biologique générés grâce à une intervention humaine, et qui n’existent pas naturellement dans l’environnement. La décomposition doit avoir lieu sur une durée de quelques mois maximum.

Selon l’ADEME, ces conditions de « compostage maîtrisé » sont rarement applicables en compostage de proximité (dans son jardin ou en partagé : pied d’immeuble, quartier...), ce qui explique que la dégradation est habituellement plus lente qu’en compostage industriel.



Peut-on composter ces produits ?

Le Réseau Compost Citoyen déconseille aux habitants de composter ce genre de produits compostables (même ceux labellisés OK Compost Home) car ils perturbent généralement le processus : il faudrait au préalable les réduire en morceaux et bien les incorporer dans le tas, ce que peu de gens sont prêts à faire. Sauf à gérer son compost parfaitement, on risque de retrouver des morceaux mal décomposés qui n’incitent pas à utiliser le compost produit.

Enfin, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement) a récemment conclu que la dégradation totale de tels matériaux n’étant pas garantie en compostage de proximité, l’emploi des composts peut présenter un risque pour l’être humain comme pour l’environnement, et recommande donc de ne mettre aucune matière en plastique compostable dans les composteurs.





Pour conclure...

Ces matériaux compliquent la gestion du compostage, n’apportent aucun élément intéressant au compost, et peuvent même se révéler dangereux pour l’être humain et son environnement. Leur utilisation en compostage domestique ou partagé est donc à proscrire, purement et simplement !

Vous voulez avoir toutes les cartes en main pour réussir votre compost ? Biocyclade propose des formations de guide composteur et maître composteur alliant théorie et pratique, chartées « PGprox » par le Réseau Compost Citoyen/ADEME.


Ce contenu est proposé par le Réseau Compost Citoyen Grand Est

131 vues0 commentaire

コメント


bottom of page